Tropic Business Summit 2022
Type Here to Get Search Results !
FLASH
DEVISES

OCEAN INDIEN | La genèse du twarab



Moussa Said, professeur d’Histoire et Civilisation des Comores à l’Université des Comores et grand connaisseur de la musique comorienne, confirme que le twarab fait son apparition au 19e siècle au Comores. Toutefois, et ce pendant très longtemps, ce genre musical importé de Zanzibar et d’Egypte sera une musique de salon qui se jouera dans l’intimité.

Selon Werner Graebner (professeur allemand), les premières notes de twarab font leur apparition en 1945 dans le village de Ntsaoueni où un groupe d’un village voisin sont venus se produire. Le groupe était composé d’un violoniste et d’un joueur de Ngoma (tambour local), un jeune de 13 ans de la localité fut tellement impressionné qu’il s’est lancé dans la fabrication d’un instrument similaire avec des cordes faites en fibre de coco. Les années qui suivirent furent marquées par des prestations dans des mariages après un premier concert en 1948.

Mohamed Hassan, considéré comme l’un des plus grands auteurs-interprète, multi-instrumentiste de Twarab aux Comores, se produisait tous les samedis et lors de mariage pour s’exercer. Il jouait des morceaux swahilis du groupe de Siti Bint Saad et de Bakar Abedi de Zanzibar dans un premier temps puis par la suite des chansons des grands-maîtres de la musique Arabe Mohamed Abdul Wahab, Farid El Atrache et Umm Kouthoum.

« On est en 1950, tous les concerts se font en swahili ou en arabe, mais en 1962 quand je chante pour la première fois en shingazidja, les gens venaient des quatre coins de l’île pour attester que je chantais vraiment en shingazidja. C’était une surprise pour eux d’entendre du twarab chanté en comorien », explique Mohamed Hassan dont les propos ont été relayés par Music In Africa.

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires
* Please Don't Spam Here. All the Comments are Reviewed by Admin.

Hollywood Movies