Tropic Business Summit 2022
Type Here to Get Search Results !
FLASH
DEVISES

PECHE ET AQUACULTURE | Accra se rapproche de Lomé



Le ministre de l'Économie Maritime, de la Pêche et de la Protection Côtière du Togo, Kokou Edem Tengue, a accueilli cette semaine la ministre de la Pêche et du Développement de l'Aquaculture du Ghana dans le cadre d'une visite de travail.

La venue du membre du gouvernement ghanéen à Lomé a essentiellement eu pour but de renforcer la coopération bilatérale entre le Ghana et le Togo, dans le domaine de la pêche et de l'aquaculture. Au menu de cette séance de travail divers points ont été abordés notamment la perspective d’instauration d’une période de repos biologique sous régional incluant tous les pays du CPCO et la question de la recherche scientifique en matière de pêche avec un programme régional de recherche scientifique sur les différentes espèces de poissons.

On sait en outre que les deux ministres ont évoqué l’état du stock de poissons en y intégrant la recherche sur le phénomène d’acidification des océans, la lutte régionale contre la pêche INN et le programme régional de surveillance de la pêche et les obligations des états en matière de surveillance de la pêche. « L’utilisation des équipements de surveillance et les exercices conjoints de lutte contre la pêche INN », ont été retenus comme les meilleurs moyens pour surmonter ce problème. 

Rappelons, par ailleurs, que le Ghana et le Togo sont parvenus, le 8 septembre dernier, à s’accorder sur certains points concernant la délimitation de leurs frontières maritimes communes, à l’issue du 10ème round des négociations. Selon les explications fournies, les deux pays se sont entendus sur la ligne de base à partir de laquelle seront mesurés les différents espaces maritimes, les eaux territoriales, la zone économique exclusive ainsi que le point de départ de la délimitation de l’espace maritime. Sur cette base, « sera tracée la ligne de délimitation, conformément à la Convention de Montego Bay et au droit de la mer ». 

Les pourparlers sur la délimitation de la frontière maritime entre les deux États voisins ont été ouvertes en 2018, alors que les divergences durent depuis plus de 50 ans. Selon les autorités togolaises, les échanges commerciaux par voie maritime sur la plateforme portuaire de Lomé constituent une part importante des revenus de l’Etat. Les recettes douanières réalisées au Port de Lomé constituaient 80% du total des activités maritimes et 60% des revenus de l’État.

Le trafic de marchandises est ainsi passé de 22,117 millions de tonnes à 22,610 millions entre 2019 et 2020. S’agissant du secteur de la pêche, il représente 4,5% du PIB et emploie plus de 20 000 personnes. Chaque année, la production halieutique est estimée à 20 000 t ; mais elle a atteint un pic de 37 000 t entre 2018 et 2019, selon les statistiques de la Direction de la Pêche et de l’Aquaculture (DPA). Ces données témoignent, a-t-on soutenu, de l’importance de l’océan dans l’économie togolaise, et par conséquent, de la nécessité d’assurer sa protection.

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires
* Please Don't Spam Here. All the Comments are Reviewed by Admin.

Hollywood Movies