Type Here to Get Search Results !
FLASH
DEVISES

FINANCES PUBLIQUES | Bangui tente de rassurer



La Centrafrique fait face à de sérieuses difficultés financières. Le pays d’Afrique centrale, qui figure déjà parmi les trois nations les moins développées du monde, ne parvient pas à financer le fonctionnement des services de l’Etat alors qu’il ne peut plus miser sur le soutien du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale.

Cependant, le gouvernement tente de rassurer en indiquant que les deux institutions de Bretton Woods n’ont pas jusqu’ici confirmé officiellement leur intention de se détourner de la Centrafrique. Selon le ministre centrafricain du Budget, Hervé Ndoba, les discussions avec les bailleurs de fonds tournent actuellement autour des assurances « fermes et claires » que Bangui doit donner pour garantir que les fonds débloqués n’aillent pas dans les caisses du groupe paramilitaire russe Wagner.

Selon les médias internationaux, la Centrafrique est impactée fortement par les mesures prises du fait de ses relations ouvertes et sans réserve avec le gouvernement russe. Celui-ci fait l’objet de sanctions massives depuis l’invasion en Ukraine. « Avec la coupure du robinet du FMI et de la Banque mondiale, le pays pourrait bientôt sombrer dans la déchéance totale ».

Tout en cherchant à ne pas provoquer la panique générale, les responsables reconnaissent que la situation n’incite aucunement à l’optimisme. « L’avenir paraît incertain pour nos finances et l’économie nationale », a laissé entendre le ministre Ndoba lui-même alors qu’il s’adressait à ses collaborateurs, avant de poursuivre qu’actuellement, « la situation de la trésorerie de l’État est très préoccupante ». 

Pour sortir de de cette impasse, les autorités envisagent de prendre des mesures pour réduire drastiquement les dépenses publiques. Des coupes de 40 à 60% seront faites dans le budget initial qui devait se constituer à 50% de fonds extérieurs. De l’autre côté, la mobilisation des recettes intérieures sera renforcée. De nouvelles taxes pourraient tomber dans les jours à venir.

Mais les analystes restent sceptiques quant à la capacité du pays à maintenir la tête hors de l’eau alors que la spirale inflationniste commence à provoquer la grogne de la population. Du côté du secteur privé, on dénonce l’absence de visibilité concernant la trajectoire économique du pays.

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires
* Please Don't Spam Here. All the Comments are Reviewed by Admin.