Type Here to Get Search Results !
FLASH
DEVISES

MAURITANIE | Les ambitions de Nouadhibou



Nouadhibou est la deuxième ville la plus importante de Mauritanie avec plus de 120 000 habitants. C’est aussi  un centre commercial et industriel de premier plan qui ambitionne de faire de son port, desservi par le rail, une référence dans la sous-région.

Le port de Nouadhibou est en quelque sorte le terminus du chemin de fer de Mauritanie, qui longe la frontière avec le Sahara occidental sur plus de la moitié de la longueur du pays. Une infrastructure modernisée grâce à la coopération avec la Chine, dans le cadre du projet « Nouvelle route de la soie » (BRI) que Pékin déploie en Afrique et sur d’autres continents.

Pour certains observateurs, Nouadhibou est aussi le symbole de l’influence maritime chinoise croissante. Les installations portuaires, réalisées par la firme chinoise Poly Hong Dong Fishery Co., avec des investissements de plus de 100 millions de dollars, accueillent les imposants navires industriels qui peuvent pêcher et traiter beaucoup plus de poissons que les petits bateaux de pêche locaux.

La ville compte beaucoup sur son complexe portuaire pour atteindre ses objectifs économiques. Mais certains observateurs mettent en garde sur l’énorme capacité des navires chinois à extraire les poissons migratoires à partir de leur base en Mauritanie. Une situation qui inquiètent notamment les autres pays de la région comme le Sénégal, la Gambie, le Ghana et le Liberia.

Ainsi, la ville portuaire doit faire en sorte que son développement rime avec développement responsable et durable. Selon China Dialogue Ocean, la flotte en activité bénéficie d’importants subsides en carburant et capte jusqu’à 2 millions de tonnes de poisson par an. Cette grosse prise est destinée à la consommation humaine en Chine mais une partie est aussi commercialisée sous forme de farine de poisson pour la filière aquaculture.

A savoir que la baie de Nouadhibou accueille aussi une zone franche. Créée en 2013, elle s’étale sur plus de 1 000 km2 et fait vivre plusieurs dizaines de milliers d’habitants. La zone pourrait atteindre 400 000 à l’horizon 2030 selon les prévisions réalisées dans le cadre de la conception d’un plan de développement de la zone pour les 20 ans à venir. 

La société française Egis a été chargée de définir la vision pour le territoire et d’accélérer le développement de la région. Pour ce faire, l’entreprise spécialisée dans l’ingénierie des infrastructures a proposé un plan de développement pour les quinze prochaines années autour d’un Schéma Directeur Opérationnel (SDO) et d’un Plan de Développement Pluriannuel (PDP).

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires
* Please Don't Spam Here. All the Comments are Reviewed by Admin.