Selon les dernières statistiques officielles sur l’évolution de l’économie de la sous-région, la zone UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine) a vu ses importations augmenter significativement (+23,5% à 5  274,8 milliards FCFA) par rapport à celle des exportations (+16,7% à 4  575,2 milliards FCFA) durant les 3 premiers trimestres de 2021.

La nette progression des exportations dans la sous-région de l’Afrique de l’Ouest a fait que la balance commerciale accuse un déficit de 699,6 milliards FCFA sur la période donnée, contre un déficit de 352,7 milliards FCFA à la même période en 2020, soit une dégradation de 346,9 milliards. 

Le poste énergie est donné comme le premier responsable de cette hausse significative des importations. La facture énergétique s’élève en effet à 1  373,3 milliards FCFA (+71,7%). Ajoutons à cela les approvisionnements en produits alimentaires et biens de consommation courante (+19%), et les acquisitions de biens d'équipement et intermédiaires (+13%).

En face, les exportations ont surtout été portées par les hydrocarbures (+75,3% à 469,4 milliards FCFA), le caoutchouc (+60,8% à 336,8 milliards FCFA), le coton (+54,1% à 147,3 milliards FCFA), le cacao (+35,4% à 626,3 milliards FCFA) et l'anacarde (+22,3% à 273,3 milliards FCFA). Bref, les produits qui caractérisent habituellement les exportations de la sous-région. Ces hausses sensibles enregistrées n’ont pas pu cependant équilibrer la balance commerciale.

« Du fait principalement de l'orientation favorable des cours de ces produits sur les marchés internationaux, cette tendance a toutefois été atténuée par le repli des ventes d'or (-4,7% à 1 006 milliards FCFA), en lien avec le recul des cours du métal jaune sur les marchés internationaux et en dépit d'un accroissement de +2,4% du volume expédié », a commenté un site d’information financière spécialiste de la sous-région.