« Codage pour l’emploi », programme initié par la Banque africaine de développement (BAD), pense former plus de 500 ambassadeurs du numérique qui mèneront des actions de formation par les pairs afin de développer les compétences numériques d’un plus grand nombre de jeunes africains, en particulier dans les communautés rurales où la connexion à l’internet est limitée. Le programme est actuellement dans sa phase pilote.

Le programme permettra aux ambassadeurs du numérique de bénéficier d’un programme intensif de formation de trois mois portant sur des compétences recherchées telles que la conception de sites internet, le marketing numérique, la communication, la gestion de projet, ainsi que sur des compétences comportementales telles que l’esprit critique.

À l’issue de la formation, la Banque africaine de développement et son partenaire technqiue fourniront aux diplômés des boîtes à outils et des ressources en matière de technologies de l’information et de la communication afin qu’ils dupliquer la même formation au sein de leurs communautés locales.

Les plateformes en ligne et d’enseignement en présentiel de Codage pour l’emploi proposent ces formations techniques gratuitement. Le programme a récemment atteint la barre de 130 000 jeunes inscrits sur ses plateformes eLearning et Digital Nigeria, répartis sur l’ensemble du continent africain.

« Il est très important que nous nous appuyions sur le succès du programme pour l’emploi pour étendre l’alphabétisation numérique à la base », a souligné Martha Phiri, directrice du Département capital humain, jeunesse et développement des compétences à la BAD qui soutient que le modèle utilisant l’approche entre pairs des ambassadeurs du numérique devrait attirer davantage de jeunes, car il offre une expérience d’apprentissage plus personnalisée.

Les candidats, âgés de 18 à 35 ans, doivent maîtriser l’anglais ou le français et être citoyens de la Côte d’Ivoire, du Kenya, du Nigeria ou du Sénégal. Codage pour l’emploi prévoit d’étendre le programme des ambassadeurs du numérique à d’autres pays après la phase pilote.