Novus Holdings, groupe basé en Afrique du Sud, mène campagne actuellement sur l'importance de l'impression, en particulier celle des livres physiques, en tant que ressource d'apprentissage pour les enfants du continent africain. 

L'impact le plus significatif de la pandémie sur l'éducation a été la tendance à l'apprentissage en ligne comme solution pour permettre aux élèves et aux étudiants de poursuivre leurs études scolaires et universitaires. Mais selon Novus Holdings, de nombreux apprenants ont eu du mal à s'adapter à la « nouvelle normalité », qui inclut la facilitation de l'apprentissage en ligne. 

Et la société de poursuivre que, malheureusement, près de 90 % des élèves d'Afrique subsaharienne n'ont pas accès à un ordinateur à la maison et 82 % n'ont pas accès à l'internet. Se basant sur ce constat, Steve Thobela, directeur de Novus Holdings Africa Business Development, soutient que les livres imprimés restent une ressource fondamentale dans les écoles qui ont un accès limité, voire inexistant, aux solutions numériques. 

Thobela qui a ajouté que l'accès à l'information, par le biais de supports écrits, notamment les manuels scolaires, les journaux, les livres de lecture, les affiches, les brochures et les dépliants, encourage l'alphabétisation et contribue à promouvoir une culture de la lecture. 

A noter que Novus, dont le siège se trouve en Afrique du Sud, se présente comme l’un des leaders des supports imprimés sur le continent. « Novus Holdings cherche à dégager davantage de valeur et à étendre son empreinte en Afrique subsaharienne. Cela est prévu principalement par le biais de produits d'alphabétisation et d'éducation, ainsi que d'emballages de détail adéquats », a indiqué la société.

La population infantile de l'Afrique atteindra le milliard d'ici 2055, ce qui en fera la population infantile la plus importante de tous les continents. Selon l'Unesco, l'Afrique subsaharienne présente le taux d'exclusion scolaire le plus élevé au monde. Plus d'un cinquième des enfants âgés de 6 à 11 ans ne sont pas scolarisés, suivis par un tiers des jeunes âgés de 12 à 14 ans. En outre, près de 60 % des jeunes âgés de 15 à 17 ans ne sont pas scolarisés.