La disparition à l’âge de 52 ans, des suites d’un paludisme foudroyant, du journaliste, animateur et producteur Amobé Mevégué, annoncée sur sa page Facebook personnelle de l’animateur et celle de Ubiznews, a provoqué un véritable choc dans le monde des médias et de la culture en France, en Afrique et aux Antilles. 

Né à Yaoundé, au Cameroun, Alain Amobé Mevégué découvre l’Hexagone à l’âge de trois ans. Il y fera l’intégralité de sa scolarité pour ensuite intégrer le Conservatoire libre du cinéma français au sein duquel il a décroché son diplôme en 1994 après avoir effectué une licence d’études cinématographiques. L’animateur est une figure très appréciée notamment dans l’univers de l’audiovisuel et de la culture de la diaspora africaine de France. Mais c’était aussi une voix célèbre sur le continent et aux Antilles.

Producteur pour plusieurs chaînes musicales, promoteur et animateur de l’émission Plein Sud sur la radio RFI, il a également mis en orbite un magazine spécialisé, Afrobiz. Ce sera pour Amobé Mevégué le prélude au lancement, en avril 2012, de la chaîne Ubiznews, sur le câble. 

La thématique de la diversité était parmi les sujets qui intéressait particulièrement cet animateur à la voix incomparable. Sur RFI, ce jeudi, son ami Claudy Siar lui a consacré un hommage émouvant avec la participation de plusieurs personnalités qui ont partagé son parcours.

«  Cet Eton originaire de la région du Centre, né en 1968, qui a renoncé à son prénom français – Alain –, militait pour une plus grande visibilité des Noirs dans les médias français », a écrit Jeune Afrique qui aussi rappelé que fin août, il avait séjourné au Cameroun pour y assister aux obsèques de sa mère, décédée du Covid-19. Pour nombre de celles et ceux qui ont eu l’honneur et le plaisir de le côtoyer, Amobé Mevégué était un artiste engagé, mais toujours souriant, qui avait su booster l’ambition de milliers de jeunes Africains.