Une délégation de la société sud-africaine DNG Energy LTD conduite par son directeur général, Aldworth Mbalati, a rencontré les autorités de Kinsasha cette semaine, dont le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde, pour échanger sur ses projets d’investissement en République Démocratique du Congo.

Après les rencontres effectuées auprès des autorités du pays, le représentant pays de DNG (Delta Naturel Gaz), Bishop Abdel Diur, a indiqué ce vendredi que le gouvernement congolais a accepté de les accompagner dans leur projet. « Nous sommes venus dans le cadre des investissements, parce qu’actuellement le Congo est une grande opportunité pour le monde », a-t-il déclaré.

Pour DNG, beaucoup d’investisseurs sont attirés par la RDC à cause du climat des affaires qui s’améliore. L’entreprise qui a affirmé avoir fait venir un « partenaire potentiel afin de pouvoir accompagner le gouvernement dans le domaine des mines ainsi que celui de l’énergie ». DNG dévoile ainsi ses ambitions en RDC et mène une campagne de communication qui précise que son objectif premier est le projet Inga ainsi que le Port de Banana. « Nous voulons œuvrer pour l’augmentation des capacités d’énergie dans la zone minière au Katanga. Autre chose qui nous intéresse c’est la transformation du gaz du lac kivu et opérer dans les infrastructures », a-t-on aussi fait savoir.

DNG qui indique qu’elle est aujourd’hui impliquée dans des grands projets au Ghana, au Nigeria, au Mozambique et, bien sûr, en Afrique du Sud où se trouve sa base sur le continent. « Le plus grand problème est que nous attendons une bonne facilitation. C’est ce que le Premier ministre nous a accordés. Il est disposé à nous accompagner dans la réalisation de notre agenda », a également confié Bishop Abdel Diur. Après Kinshasa, jeudi, la délégation de DNG a rejoint le lendemain le Katanga pour constater de visu la réalité des activités minières et la situation énergétique dans cette région au sous-sol particulièrement riche.

A savoir que la société DNG a été fondée en 2013 par Aldworth Mbalati. Depuis, l’entreprise a surtout misé sur le développement de centrales électriques à gaz, la participation à des actifs de production de pétrole et de gaz et le développement d'un pipeline virtuel. Elle a aussi décroché des droits pour le développement d'un terminal d'importation de GNL au Mozambique.