Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en République centrafricaine et Chef de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA), Mankeur Ndiaye, a réitéré l’engagement de la mission onusienne à travailler avec les autorités centrafricaines tout en dénonçant la campagne de désinformation qui, selon lui, cherche à altérer la réputation de la Mission et saper les initiatives en cours.

 « Je renouvèle mon engagement et mon entière disponibilité à travailler étroitement avec le Premier ministre Henri Marie Dondra, et son gouvernement, conformément au mandat de la MINUSCA, pour le renforcement de notre partenariat, sur la base de la confiance mutuelle », a déclaré Mankeur Ndiaye mercredi au cours d’une conférence de presse à Bangui. Et d’ajouter que la Centrafrique peut renouer avec la stabilité, la paix et le développement.

Le Représentant spécial s’est également indigné des campagnes de désinformation dans la presse et sur les réseaux sociaux, visant à ternir l’image et à saboter les actions de la Mission. « Je veux être clair : la MINUSCA n’a pas d’agenda caché en République centrafricaine et n’est pas – et ne sera jamais – une source d’instabilité pour le pays et pour ses institutions. La MINUSCA n’est pas l’ennemie du peuple centrafricain ».

Il a alors appelé à la fin de la campagne contre la MINUSCA et l’instauration de la sérénité et de la confiance, afin que la mission puisse «exécuter pleinement son mandat en appui aux autorités nationales, précisant que la MINUSCA n’a qu’une mission, celle mandatée par le Conseil de sécurité pour que se concrétisent les dividendes de la paix et un développement durable sur l’ensemble du territoire. « Je réitère l’engagement de la MINUSCA de continuer à travailler avec les différents acteurs centrafricains, la société civile, les femmes, les jeunes et les leaders communautaires et religieux pour que la conjugaison de nos efforts et ceux des autorités permettent de relever les nombreux défis auxquels le pays fait face », a insisté Mankeur Ndiaye. 

Enfin, le Représentant spécial a salué les démarches du gouvernement pour la tenue du dialogue républicain et rappelle la disponibilité de la MINUSCA à appuyer cette concertation. D’après Mankeur Ndiaye, « pour les Nations Unies, la solution à la crise centrafricaine ne peut pas être une solution militaire, elle ne peut qu’être une solution politique. Et c’est la solution de toute la communauté internationale dans son ensemble », encourageant par ailleurs un dialogue politique inclusif, constructif et crédible visant à promouvoir la stabilité nationale.