La Facilité africaine de soutien juridique (ALSF) a tenu, les 25 et 26 mai derniers, en visioconférence, les Assemblées annuelles de son Conseil de gestion et de son Conseil de gouvernance, qui ont prorogé, à cette occasion, son mandat jusqu’en 2036.

Le Conseil de gouvernance, l'organe suprême de l'ALSF, se réunit une fois par an. Il est composé de douze membres représentant à la fois ses États membres et les organisations internationales. Ils sont chargés d’examiner les activités de l’année passée ainsi que les propositions concernant la poursuite de son programme et l'efficacité de ses opérations. Le Conseil s’est dit convaincu que cette décision donnera une impulsion à l’organisation et lui permettrait d’intensifier son soutien indispensable aux pays africains et d’atteindre les objectifs fixés à sa création.

Le Conseil a également approuvé plusieurs rapports, notamment le rapport annuel 2020, un rapport d'avancement sur la mise en œuvre des projets et diverses politiques internes. Malgré les défis présentés par la pandémie de Covid-19, l’ASLF a approuvé 39 projets en 2020, dans les secteurs de la dette souveraine, de l'électricité et des industries extractives. Elle a apporté un soutien juridique et technique à la Somalie dans le cadre de négociations qui ont abouti à l'annulation d'environ 58 % de la dette du pays auprès de créanciers privés. L'ALSF a également appuyé des projets d'énergie verte, notamment l'appui juridique et technique apporté à Eswatini dans le cadre du premier processus de passation de marché concurrentiel pour l’installation d'une centrale solaire photovoltaïque de 40 mégawatts.

Le Conseil de gestion et le Conseil de gouvernance ont appelé l’ASLF à continuer à soutenir les efforts de redressement économique et de développement durable des pays africains, en s'attaquant aux problèmes de changement climatique et en renforçant son appui en faveur des questions transversales comme la protection environnementale et sociale, l'égalité des sexes et la bonne gouvernance. Son Président-directeur général, Stephen Karangizi, a salué « le dévouement et l'accessibilité des membres du Conseil de gestion et du Conseil de gouvernance au fil des ans ». 

A savoir que le Conseil de gestion est responsable de toutes les opérations de l’ASLF. Il approuve le budget et nomme le directeur. Quant au Conseil de gouvernance, il est actuellement composé de représentants du Maroc, de la Guinée, d'Eswatini, du Burundi, de la Tanzanie, de la Belgique, de la France, des Pays Bas, du Royaume-Uni, du Brésil et de la Banque africaine de développement. Le collège des organisations internationales était représenté à cette réunion par la Société financière africaine (AFC).