En 2018, quand les porteurs du projet de film « Un mundo prohibido », devenu "Adù", foulaient le sol béninois avec Bella Agossou, jeune actrice béninoise pleine d’énergie, seuls les génies de la création devaient être au courant de ce qui naîtra au bout du chemin. Ce film de 119 minutes de Salvador Calvo a déjà empoché 4 Goya, l’équivalent espagnol des Oscars aux États Unis où des Césars en France. 

C’est grâce à la persévérance de Bella Agossou, soutenue par les équipes de Gangan productions et les autorités béninoises, qu’une partie de ce film a été tourné au Bénin. Pour ceux qui pourront le voir sur Netflix ou d’autres plateformes de vidéo, il est en effet important de reconnaître tous ces décors trouvés sur le même territoire. Depuis Grand-Popo jusqu’à Adjohoun, en passant par Cotonou, Porto-Novo, Ganvié, Togbin etc…ces décors très variés accompagnés des costumes tirés de la culture béninoise ont donné des couleurs originales à la production.

Le Bénin a aussi fourni à ce film des acteurs de belle qualité. Notamment ce garçon de 6 ans alors, Moustapha Oumarou — déniché dans le Nord du pays après plusieurs semaines de casting — qui incarne avec grande dextérité le rôle principal « Adù ». Moustapha n’a fait aucune école de cinéma. Il n’en a pas (encore) eu l’opportunité. Quel génie de l’écran serait-il s’il était formé, à voir déjà le rendement de son talent à l’état brut.

A ses côtés, d’autres acteurs éblouissants comme Zeyidiath, Sèdoha Nassegandé, Rock Quenum, Eliane Chagas, Mickael Todego, et bien évidemment Bella Agossou , l’icône du cinéma béninois en Espagne , celle qu’on ne présente plus qui en plus de son rôle d’actrice dans le film a été professeur de Moustapha Oumarou, de Zayidiyya et de Adam sur le tournage.

Ensuite, le corps technique. Pour la réalisation du film au Bénin qui aura duré près d’un mois, ce sont plus de cent cinquante techniciens qui auront travaillé avec l’équipe Espagnole, depuis des logisticiens, des techniciens de l’image, de son et de la lumière, des machinistes, des costumiers, des maquilleurs, restauration etc… mobilisés et dont le savoir-faire et l’engagement ont contribué à la beauté du résultat final.