Le Championnat du monde de rallye (WRC) 2021 se tient au Kenya depuis jeudi et marque le grand retour du Safari Rally après 19 ans d’absence. La piste, qui est souvent considérée comme la plus difficile au monde, est aussi l’une des plus spectaculaires. 

Le circuit du Safari fait son come-back, après près de deux décennies. L’évènement mécanique sera également l’unique rendez-vous international de ce genre sur le continent pour cette année. Alors que l’ex-Paris-Dakar a été organisé en Arabie saoudite, le championnat kenyan est une vitrine exceptionnelle pour les sports automobiles en Afrique. Il précède donc le retour de la Formule 1 en Afrique, prévu pour 2022.
 
Le Safari Rally est une course épique de 2 000 kilomètres. Le président kenyan Uhuru Kenyatta avait promis de ramener l’évènement lors de son arrivée au pouvoir en 2013. Et grâce aux efforts du comité du Safari Rally, ainsi que du WRC, la fédération mondiale des rallyes, la piste a été réaménagée selon les normes internationales. C’est, entre autres, pour cette raison que le WRC avait abandonné le Kenya depuis 2002. Le championnat, rappelons-le, a eu lieu pour la première fois en 1953.

C’est à l’ancien pilote kenyan Kimanthi Maingi que la fédération a confié les préparatifs techniques (surtout les travaux pour les pistes) depuis juillet de l’année dernière. Rappelons que le championnat devait se dérouler au Kenya un an plus tôt. Toutefois, le déclenchement de la crise sanitaire a provoqué la suspension de toutes les courses du WRC en 2020. Et malgré l’obligation de refaire la préparation de la piste ensuite, le comité organisateur présidé par les Chemins de Fer du Kenya (KR) n’a pas abdiqué.

La dernière étape de toutes les courses s’achève ce dimanche. Si Neuville a vu sa Hyundai le lâcher, Katsuta a toutes les chances de devenir champion du WRC 2021. Pour les observateurs avertis, le rallye a focalisé le regard en Afrique et ailleurs. Le Kenya et le continent remportent ainsi un challenge d’envergure, qui signifiera sans doute une dynamique de continuité pour la compétition automobile et une image nettement améliorée en matière de capacité à accueillir les grands événements sportifs.