Suite au Conseil des Ministres du 24 mars dernier qui a choisi le groupe Sonatel, opérateur multi services présent dans 5 pays d’Afrique de l’Ouest (plus de 37 millions de clients),  comme gestionnaire délégué de la Société Béninoise d’Infrastructures Numériques (SBIN), l’accord a été officialisé ce vendredi à Cotonou avec la signature de la convention avec l’Etat béninois.


A travers la convention qui vient d’être signé, le Bénin fait de Sonatel son partenaire stratégique pour « son expérience et ses compétences avérées dans la gestion de réseaux et services  de communications électroniques fixes et mobiles ». C’est dans le cadre de la mise en œuvre des réformes structurelles dans le secteur des télécommunications que la SBIN a été autorisée, en plus de sa mission de gestion des infrastructures numériques et de vente en gros de capacités, à fournir des services de communications électroniques mobiles aux particuliers ainsi qu’aux entreprises.

Pour relever ce défi et dans un contexte concurrentiel, l’Etat du Bénin affirme avoir pris la décision de recruter un gestionnaire délégué bénéficiant « de compétences solides et d’une expérience avérée », l’objectif étant de rendre la SBIN rapidement opérationnelle et efficace pour proposer des offres et services compétitifs aux consommateurs, aux entreprises et aux autres acteurs télécoms.

Le groupe ouest-africain, contrôlé par le géant français Orange, a indiqué pour sa part qu’il va accompagner la SBIN par un partage de compétences techniques et commerciales et un partage d’expérience dans l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan schéma directeur, avec le déploiement d’un réseau mobile de dernière génération, le lancement de services mobiles et de mobile money et le renforcement des activités actuelles. Son patron, Sékou Dramé, s’est dit honoré par ce choix porté sur Sonatel et affirme la détermination de son groupe à « transformer le Bénin en la plateforme de services numériques de l’Afrique de l’Ouest pour l’accélération de la croissance et de l’inclusion sociale ».