Les cosmétiques naturels africains améliorent de jour en jour leur position sur un marché très disputé depuis des lustres. C’est sur cette vague que surfe avec succès Mariama Camara et son concept baptisé Kanafrik. L’entrepreneure affirme évoluer dans un univers créatif qui met sur orbite avec passion les produits locaux et bio.

Mariama Camara a choisi Abidjan pour lancer un concept-store à Abidjan qui offre à la fois une boutique de cosmétique, un lieu de co-working, un espace alimentaire et un autre espace défié au textile. Parmi ses produits, des cosmétiques naturels pour le corps et les cheveux, faits grâce à différents types de beurres de karité et cacao, ainsi que des huiles pressées à froid. La maison propose aussi des herbes et des plantes, des produits à l’argile, au curcuma, au neem ou au baobab.

Mariama Camara de Guinée Conakry est aujourd’hui établie à New York. Cela fait plus de 20 ans qu’elle vit dans la grande ville américaine. « Ses multiples expériences professionnelles, notamment en tant qu’agent de la célèbre marque MAC Cosmetics et styliste pour la marque italienne Eredi Pisano, l’ont motivée à se lancer dans l’entrepreneuriat », a rappelé l’agence Ecofin qui n’a pas manqué de noter la collaboration de la cheffe d’entreprise avec Michelle Obama.

Les cosmétiques naturels africains parviennent à s’arrimer de mieux en mieux aux exigences de la clientèle africaine et arrivent même à s’imposer ailleurs. « Face au manque de diversité dans l‘industrie de la beauté, de nombreux Africains et la communauté d’ascendance africaine abandonnent peu à peu les standards imposés par l’occident », soutient-on en outre. 

Mariama Fashion Production, l’une des sociétés mises sur pied par  Mariama Camara opère dans les textiles en misant sur des matières inattendues comme les peaux d’oignons et les noyaux d’avocat. Kanafrik signifie « femmes d’Afrique » dans une langue locale du Burkina Faso, où une coopérative de femmes travaille sur le beurre de karité utilisé pour ses produits.