Les partenaires des médias africains lancent la première plateforme numérique en ligne visant à améliorer la protection des journalistes, à lutter contre les menaces et la violence à leur endroit, ainsi qu’à favoriser les mécanismes d’alerte rapide et à renforcer la capacité de réaction sur le continent. 

Cette plateforme consacrée à la sécurité des journalistes sera en mesure de fournir une réponse en temps réel sur l’ensemble du continent, afin de mettre fin à l’impunité des attaques visant les journalistes africains - harcèlement, arrestations arbitraires, agressions et assassinats.

Elle constituera un mécanisme de coopération qui assurera un suivi des attaques sur le continent et contribuera à la médiatisation de celles-ci ainsi qu’aux actions à envisager pour lutter contre l’impunité. Le dispositif permettra également de créer des synergies entre les parties prenantes afin de contraindre les auteurs des violences envers les journalistes et l’ensemble des médias à répondre de leurs actes.

Cette initiative s’inspire de la Plateforme pour la protection du journalisme et la sécurité des journalistes du Conseil de l’Europe. Développée par des acteurs africains, la plateforme africaine a reçu le soutien de l’UNESCO par le biais de son Programme multi-donateurs pour la liberté d’expression et la sécurité des journalistes. 

Devaient présider au lancement de cet outil en ce 29 janvier, Cyril Ramaphosa, Président de l’Union africaine et de la République d’Afrique du Sud, Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO, et Jamesina King, de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples (UA-CADHP), Rapporteuse spéciale sur la liberté d’expression et l’accès à l’information en Afrique.