Avec des représentants d’institutions du développement, de la société civile et du secteur privé, plusieurs dirigeants africains étaient réunis cette semaine dans le cadre d’un symposium marquant les vingt ans d’un programme phare de l'Union africaine : le Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD).

De nombreuses crises mondiales ont jalonné l’histoire du NEPAD depuis sa création, la plus récente étant la pandémie de Covid-19. Créé en octobre 2001, le NEPAD est devenu, en 2018, l’Agence de développement de l'Union africaine (AUDA-NEPAD), ce qui a marqué un tournant dans son évolution, ont reconnu les participants.

Selon le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, président en exercice de l'Union africaine, « la pandémie de coronavirus a eu de graves répercussions sur les économies africaines, sur la santé publique et sur l'Union africaine elle-même. Elle nous a rappelé brutalement notre interdépendance mondiale car, en fin de compte, ce qui affecte l'un d'entre nous, nous concerne tous. »

Le président Ramaphosa a ajouté qu'il était plus que jamais essentiel que les pays renforcent leur collaboration, en particulier lorsqu'ils s’engagent dans la « tâche gigantesque » d'achat et de distribution de vaccins.

Son homologue rwandais, Paul Kagamé, président du Comité d'orientation des chefs d'État et de gouvernement de l'AUDA-NEPAD, a exhorté les États membres à honorer leurs engagements envers l'institution. « Le bilan du NEPAD en fait l'institution idéale pour mettre en œuvre l'Agenda 2063 au nom de l'Union africaine, a-t-il déclaré dans un message vidéo. J'appelle les États membres à continuer à soutenir les multiples partenariats que l'AUDA-NEPAD a développés. »

Deux des pères fondateurs du NEPAD, l'ancien président sud-africain, Thabo Mbeki, et l'ancien président nigérian, Olusegun Obasanjo, ont évoqué la genèse de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) en 1963 : elle était alors une plateforme de lobbying pour les indépendances africaines et s’est transformée, en 2002, en Union africaine, avec le NEPAD comme modèle économique, et le développement au centre de toutes les attentions.