La Banque européenne d’investissement (BEI) a confirmé un nouveau soutien financier et technique de 38,5 millions d’euros qui servira à transformer la production d’électricité à partir de sources renouvelables et à mieux protéger la capitale du pays face aux inondations. La centrale solaire de la Sonabel (50 MW) assurera la production d’électricité propre et permettra la réduction des importations.

Les nouveaux projets portant sur les énergies propres et l'adaptation aux effets des changements climatiques permettront d'améliorer l'accès à l'énergie dans le pays et de faire face aux problèmes de santé publique et aux risques économiques causés par les phénomènes météorologiques extrêmes.

Le ministre de l'économie, le ministre de l'énergie, le maire de Ouagadougou, l'ambassadeur de l'Union européenne et des représentants de l'Agence française de développement (AFD) ont souligné l'importance d'une accélération des investissements à fort impact au Burkina Faso.

« Les habitants de Ouagadougou sont confrontés chaque jour aux effets des changements climatiques. L’appui et le savoir-faire technique de la BEI, de l’AFD et de l’UE contribueront à une meilleure protection de la ville face aux inondations, réduiront les risques pour les résidents et les habitations, et amélioreront l’accès aux services essentiels pendant les épisodes de fortes précipitations »; a affirmé le maire de Ouagadougou, Armand Roland Pierre Béouindé.

« La Banque européenne d’investissement soutient des investissements à long terme au Burkina Faso depuis 1970. Elle est heureuse d’apporter son concours à la première centrale solaire de la Sonabel qui transformera la production d’électricité à partir de sources d’énergie renouvelables au Burkina Faso et de soutenir des investissements visionnaires visant à mieux protéger des milliers de personnes à Ouagadougou contre les risques de crues », a déclaré le vice-président Ambroise Fayolle.

Grâce au concours de la BEI, la capacité de la centrale de la Société nationale d'électricité du Burkina Faso passera de 37 MW actuellement à 50 MW. L’approvisionnement en électricité au Burkina Faso est actuellement restreint en raison de la capacité d’interconnexion limitée disponible pour importer de l’électricité en provenance de Côte d’Ivoire.