L’Institut pour la Démocratie, la Gouvernance, la Paix et le Développement en Afrique (IDGPA) et son directeur exécutif, Prof André Mbata Mangu, ont rendu un vibrant hommage à Sindika Dokolo.

« L’histoire retiendra que Sindika DOKOLO aura joué un rôle majeur dans l’avènement d’un Etat de droit démocratique dans notre pays. L’initiateur de « Les Congolais Debout » avait apporté une contribution exceptionnelle à la tenue et à la réussite de la rencontre citoyenne

que l’IDGPA avait convoquée du 15 au 17 août 2017 à l’Hôtel Dolce de Chantilly en France sous le thème: «Mobilisation citoyenne pour le retour à l’ordre constitutionnel en RD Congo».  

Cette rencontre à laquelle avaient participé plusieurs dizaines de représentants de la

société civile congolaise venus du pays et de la diaspora s’était clôturée par une conférence de presse organisée à Paris le 18 août 2017, dans les locaux de la Fédération Internationale  des Droits de l’Homme (FDI) et la signature du «Manifeste ESILI» demandant à l’ancien président, Joseph Kabila, de laisser le pouvoir qu’il exerçait en violation de la Constitution depuis l’expiration de son mandat le 19 décembre 2016.

Par la suite, avec d’autres dirigeants de la société civile et des leaders politiques comme Martin Fayulu, Olivier Kamitatu, Moise Katumbi et Félix Tshisekedi,  Sindika Dokolo aura participé à toutes les réunions que l’IDGPA et son directeur exécutif avaient organisées en Europe pour le retour à l’ordre constitutionnel en RD Congo.

Sindika Dokolo aura ainsi donné le meilleur de lui-même pour la cause de la démocratie dans son pays. Le changement survenu avec l’élection de Félix Tshisekedi à la présidence de la République porte aussi l’empreinte de cet intellectuel organique de son peuple, de cet exceptionnel collectionneur d’œuvres d’art et de ce philanthrope puissant, mais discret.

L’IDGPA et Prof André Mbata avec qui il avait étroitement collaboré dans le changement démocratique intervenu dans notre pays présentent leurs sincères condoléances à sa famille biologique et aux «Congolais Debout» qui sont condamnés à poursuivre son combat pour bâtir, au cœur de l’Afrique, un Etat de droit démocratique et une Nation puissante et prospère, en laquelle Sindika Dokolo croyait fermement ; un combat auquel il aura consacré les dernières années de sa vie.

Sindika Dokolo ne se battait pas pour un pouvoir personnel et ne faisait pas la politique du ventre. Il aimait son pays et était avant tout préoccupé par le bonheur du peuple congolais clochardisé par un régime autoritaire et corrompu qui n’a pas encore dit son dernier mot.

Avec lui disparait l’un des plus grands patriotes et l’un des militants de la société civile les plus engagés de cette génération. L’IDGPA s’incline devant sa mémoire et salue son entrée dans l’éternité. »