Les investissements du secteur privé au Bénin, au Burkina Faso, au Tchad et au Sénégal seront renforcés grâce au soutien de la Banque Européenne d'Investissement (BEI) pour ces pays, dans le cadre de leur adhésion et à l'augmentation de leur capital social au sein de l’Agence pour l’Assurance du Commerce en Afrique (ACA). Une initiative visant à mobiliser environ 1 milliard d’euros d’investissements du secteur privé dans les États d’Afrique de l’Ouest et Centrale

Les États d'Afrique de l'Ouest et Centrale dont le Burkina, le Tchad et le Sénégal, vont rejoindre les 18 pays membres africains de l'ACA, où les investissements, la création d'emplois et l'accès au financement sont en hausse, notamment au Bénin, qui est déjà membre de l'ACA, grâce à une assurance ciblée sur les investissements. L'adhésion de ces pays à l'ACA, comme on peut le témoigner ailleurs en Afrique, contribuera à faire face aux répercussions économiques, sociales et sanitaires provoquées par la Covid-19.

Des accords portant sur un montant de 60 millions d’euros de la BEI permettront aux quatre pays soit de devenir membres à part entière, soit de renforcer leur participation actuelle à l’ACA d’ici la fin de l’année. Cela devrait permettre de mobiliser environ 1 milliard d’euros au profit de nouveaux investissements dans le secteur privé.

Le plus récent soutien de la BEI à l’investissement transformationnel a été approuvé lors d’une cérémonie de signature virtuelle à laquelle ont participé Toavina Ramamonjiarisoa, Directrice Générale par intérim de l’ACA, et Maria Shaw-Barragan, Directrice des Opérations de la BEI dans les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique.

« Grâce à cet accord clé entre l’ACA et la Banque Européenne d’Investissement, on assistera à une transformation de l’activité commerciale dans toute l’Afrique de l’Ouest. En adhérant à  l’ACA, le Burkina Faso, le Sénégal et le Tchad seront à même d’accélérer le rythme des investissements essentiels et de faire davantage face à la pandémie », a indiqué Toavina Ramamonjiarisoa.

La Banque Européenne d’Investissement a pour sa part déclaré s’être « engagée à soutenir les investissements à fort impact dans toute l’Afrique » pour faire en sorte que « les compétences éprouvées en matière d’assurance des échanges et des investissements profitent à encore à un plus grand nombre de pays africains ». Cet apport de 60 millions d’euros de la BEI s’ajoute aux 34 millions d’euros débloqués l’année dernière en soutien aux adhésions du Cameroun, du Niger et du Togo.