Malgré le renforcement des relations entre le Soudan et le Soudan du Sud, peu de progrès ont été réalisés concernant la région contestée d'Abyei, a déclaré le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU au Conseil de sécurité. 

Jean-Pierre Lacroix a informé les ambassadeurs des développements récents concernant la zone frontalière riche en pétrole, où la force de sécurité intérimaire des Nations Unies, la FISNUA, est déployée depuis 2011 pour protéger les civils et les humanitaires. Il a rappelé la signature au début du mois d'un accord de paix historique entre les autorités soudanaises et plusieurs groupes armés du Darfour après une année de négociations facilitées par le Soudan du Sud. 

Les deux voisins ont également fait part de leur intention de relancer le processus politique pour discuter des étapes finales d'Abyei et de ses zones frontalières, ce que M. Lacroix a qualifié d'évolution positive. … Pendant ce temps, la situation sécuritaire à Abyei est restée instable.

Le chef des opérations de maintien de la paix des Nations Unies a également rendu compte des problèmes auxquels est confrontée la FISNUA, qui a mandaté le déploiement de 640 policiers. Ce chiffre comprend trois unités de police constituées composées de 160 agents chacune. Cependant, l'effectif est actuellement de 35 personnes, 16 agents devant mettre fin à leurs affectations dans les semaines à venir.

«Étant donné qu’aucun visa n’a été délivré pour les nouveaux agents qui pourraient être déployés en remplacement, l’effectif de la composante police sera réduit à 19 agents. En conséquence, cette situation entraînera inévitablement la fermeture de certains sites d’équipe de la FISNUA et aura un impact négatif sur l’exécution du mandat », a déclaré M. Lacroix.