Bien que prudente, l’émissaire par intérim des Nations Unies pour la Libye a partagé mercredi son optimisme quant aux chances de succès des pourparlers en cours entre les parties belligérantes. Objectif : aboutir à un cessez-le-feu durable après qu'ils aient convenu dans les négociations de rouvrir les routes terrestres et aériennes à travers les lignes de front.

S'exprimant lors d'une rencontre avec les journalistes pour dresser un bilan d’étape des pourparlers qui se tiennent à Genève, Stephanie Williams a déclaré que les deux parties s’étaient mises d’accord sur la nécessité de maintenir «l'état actuel de calme sur les lignes de front et d'éviter toute escalade militaire».

La réunion de cette semaine entre les négociateurs du GNA et de l'ANL en Suisse sera suivie d'un dialogue politique à Tunis à partir du 9 novembre, a déclaré Williams, ajoutant que les pays étrangers impliqués dans le conflit «doivent se retirer de la Libye». 

Rappelons que c’est en juillet 2018 que le Secrétaire général de l’ONU a nommé l’Américaine Stéphanie Williams au poste de représentante spéciale adjointe chargée des affaires politiques en Libye, auprès de la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL). Auparavant, Williams était Chargée d’affaires par intérim à l’ambassade des États-Unis à Tripoli (Bureau des relations extérieures avec la Libye).

La diplomate revendique un quart de siècle d’expérience dans les affaires gouvernementales et internationales, notamment en tant que chef de mission adjointe dans les missions américaines en Iraq (2016-2017), en Jordanie (2013-2015) et au Bahreïn (2010-2013), où elle a dirigé l’ambassade pendant 10 mois en tant que Chargée d’Affaires. Elle a également été Conseillère principale pour la Syrie et en poste dans les ambassades des États-Unis aux Émirats arabes unis, au Koweït et au Pakistan.