Le PIDG (Private Infrastructure Development Group) investit 15 millions de dollars dans une émission d'obligations en devise locale sur le marché financier par le Port Autonome de Dakar (PAD), propriétaire du port de Dakar. Cette opération, qui voit l’implication du Fonds pour l'infrastructure de l'Afrique émergente (FIAE), a permis de lever plus de 107 millions de dollars. Selon un communiqué, cette émission marque le début du processus de transfert du port de la capitale et de ses activités vers un nouveau site vert.

A rappeler qu’il y a quelques mois, quand le Covid-19 a commencé à affecter l'économie mondiale, le FIAE a soutenu l'émission d'une obligation en devise locale par la plus grande société de télécommunications du Sénégal, Sonatel. Cette émission a attiré des investisseurs régionaux et internationaux, et fait la démonstration de leur désir de participer aux projets d'infrastructure africains. Après ce succès de Sonatel, le PAD a pris contact avec le FIAE.

Les fonds ainsi levés par le PAD permettront de financer les trois phases du transfert du port de Dakar du centre-ville vers un site en eaux profondes à 35 km par la mer et 70 km par la route du site existant. Ce port fera partie de la nouvelle zone économique spéciale, qui inclut l'aéroport international de Dakar ouvert en 2017. Des voies routières et ferroviaires, nouvelles ou modernisées, relieront le port et l'aéroport à Dakar et au réseau de transport régional. Les obligations sur sept ans auront un taux d'intérêt nominal de 6,60 %.

Le bouclage du financement (transfert des fonds du FIAE au Port autonome de Dakar) a eu lieu le 13 octobre. L'obligation a été émise à la bourse régionale UEMOA. Selon Roland Janssens de Ninety One et du FIAE, « soutenir les zones industrielles autour des grands ports est un objectif de développement économique stratégique essentiel du PIDG et du FIAE. Cela contribue également à renforcer les marchés financiers locaux. Le Port Autonome de Dakar doit être félicité pour sa vision et son ambition. Le nouveau port rendra l'économie du Sénégal plus compétitive à l'international et bénéficiera à toute l'Afrique de l'Ouest. »

Le port actuel de Dakar, né il y a 150 ans, atteint aujourd'hui la fin de son cycle de production. Les installations portuaires du monde exigent des eaux plus profondes, des installations sur mesure pour les chargements spéciaux et des cycles de rotation rapides. Le nouveau port sénégalais de Popinguine-Ndayane aura une superficie de 1200 hectares. Bénéficiant d'une profondeur suffisante pour accueillir de très grands navires, au tirant d'eau pouvant atteindre 16,5 mètres, il est construit spécialement pour répondre aux besoins du transport maritime.