La garde à vue de l’ancien ministre tchadien du pétrole et ex-cadre de Schlumberger, Djerassem Le Bemadjiel, a fait grand bruit à Ndjamena. Il serait entre autres poursuivi pour détournement de deniers publics et enrichissement illicite sur la base d’une plainte transmise à la justice par l’inspection générale d’Etat. 

Convoqué à la coordination de la police judiciaire, il a été gardé à vue dans le cadre de la procédure marquée par un mandat de dépôt délivré par le procureur général de la cour suprême.

Il y a quelques années encore, Djerassem Le Bemadjiel était réputé proche de la première dame Hinda Deby, tout comme son successeur Béchir Madet. Après son départ du gouvernement en 2016, l’homme s’est reconverti dans le consulting et a été « sollicité par le charismatique et visionnaire Tony Elumelu et son équipe pour faire partie du Conseil d’administration du Groupe bancaire UBA ». 

Selon son avocat, Me Doumra Manassé, l’IGE (Inspection générale de l’Etat) reproche au neveu de l’ancien Premier ministre Emanuel Nadingar d'avoir fait perdre au Tchad plus de 36 millions de dollars américains dans le cadre d’un deal avec une firme pétrolière occidentale dont le nom n’a pas été précisé. Selon un observateur politique, Le Bemadjiel  pourrait aussi payer le prix de ses critiques récentes à l’encontre du pouvoir.

Quant au cabinet Alex Stewart, également cité dans l’affaire impliquant Djerassem Le Bemadjiel, il n’a pas voulu pour l’instant apporter des commentaires.