L’Alliance Solidaire des Français de l’Etranger (ASFE) est parvenue à se hisser parmi les forces majeures dans le paysage politique des Français de l’étranger. Selon Michel Gontard, tête de liste de ce jeune mouvement dynamique pour les élections consulaires à Madagascar du 7 novembre prochain,  l’explication se trouve tout simplement dans le fait que l’ASFE conduit un véritable projet sur le court, moyen et long terme, en s’engageant à défendre les intérêts de tous les Français et sans verser dans les querelles politiciennes stériles.

Chef d’entreprise dans les télécoms, passionné par les relations humaines et « amoureux de l’Afrique et de Madagascar de longue date », Michel Gontard rappelle les engagements qui, selon lui, reflètent l’ADN même de l’ASFE : « Défendre avec force et dignité les intérêts de tous les Français sans aucune forme d’exclusion, devenir le relai de premier ordre des Français établis sur la Grande Ile dans les instances de décisions nationales, particulièrement au Sénat où le mouvement compte 2 élus sur 6 sénateurs élus, et encourager vivement les Français de l’étranger à participer à la vie publique. 

« Plus les Français de l’étranger se mobiliseront, mieux leurs intérêts seront pris en compte et défendus », soutient également avec vigueur celui qui est particulièrement fier de conduire une liste qui se démarque par la diversité et l’implication de ses membres, avant de promettre que l’ASFE Madagascar est en cours de devenir le symbole même  de la conduite des fondations locales et du réseau sur lesquels vont s’ériger tout le travail des années à venir.





Le paysage des Français de l’étranger a beaucoup changé depuis les élections consulaires de 2014. Cette année, nous avons vu aux dernières élections du mois de mai dernier bien plus de listes en présence. Ce qui prouve à merveille, aux yeux de Michel Gontard, que la démocratie locale des Français de l’étranger est bien vivante et n’est pas prête de s’éteindre.

Pour la première fois, l’ASFE était présente dans plus de 100 circonscriptions. Et force est de remarquer que le mouvement a enregistré ses meilleurs scores dans les pays en dehors de l’Europe, où le travail quotidien d’information, de conseil et d’orientation, a sans doute le plus de sens.