Celle que le média Pan African Music considère comme la nouvelle grosse sensation nigériane est passée d’un statut de célébrité locale de la chanson à celui de star internationale. Après son premier projet mené individuellement intitulé For Broken Ears, mis en orbite l’année dernière, elle vient de créer la surprise avec un nouvel EP, If Orange Was A Place. 

De son vrai nom Temilade Openiyi, Tems est une artiste nigériane originaire de Lagos. Auteure, compositrice et interprète, elle fait partie de la nouvelle génération Alté qui n’a de cesse de surprendre et surtout de s’étendre au niveau planétaire. L’artiste est en effet sur une belle vague. Elle est même passée du statut de sensation R&B locale à celui de vedette internationale, apparaissant sur des morceaux des célébrités nord-américaines Khalid ou Justin Bieber, et figurant dans Certified Lover Boy de Drake, qui marque le plus gros démarrage d’album jamais réalisé sur les plateformes de streaming. 

Plus jeune, elle était inspirée par des artistes tel que les Destiny’s Child ou encore Rihanna et en affinant son style, elle déclare que ses influences sont désormais plus proches de DVSN et 6lack. Ce qui est tout à fait cohérent car on note de la forte mélancolie dans son timbre de voix, ce qui lui donne un côté unique encore peu exploré sur le continent africain.

« Cette couleur chaude, mise à l’honneur dans son titre, résonne bien avec l’ambiance du projet, qui suit la direction artistique de ce qui avait été établi avec For Broken Ears. En cinq titres, Tems ouvre une nouvelle fenêtre sur ses sentiments, chantant la séduction, l’espoir et les déboires amoureux », a écrit PAM sur sa page des news pour annoncer la sortie de son EP.

Sa manière de mélanger afrobeats et néo-soul est en effet une véritable réussite. Une association qui s’arrime parfaitement avec sa voix particulière, qui exprime la nostalgie et le désir différemment des standards d’afropop. Entièrement produit par le producteur ghanéen GuiltyBeatz, l’EP fait également appel à la star américaine du RnB Brent Faiyaz sur le mélancolique « Found ».