Le Comité des droits de l’enfant de l’UNHR (United Nations Human Rights) a examiné cette semaine le rapport périodique de l’Eswatini sur les mesures prises par le pays pour mettre en œuvre la Convention relative aux droits de l’enfant. Les progrès réalisés par l'État partie, notamment sur le plan législatif, en particulier l’adoption de la loi sur la protection et le bien-être des enfants, ont été salués.

Ils ont aussi salué l’importance de la loi sur le handicap adoptée par le pays. Les experts ont souligné que l’Eswatini devait s’assurer que des ressources suffisantes étaient allouées pour assurer une mise en œuvre efficace de ces dispositions. Les membres du Comité se sont aussi intéressés aux questions relatives aux mariages d'enfants et autres pratiques culturelles, notamment la question de certaines pratiques rituelles à l’égard des enfants atteints d’albinisme.

La question de la formation des personnes travaillant dans le domaine des soins à l’enfance, le soutien aux filles victimes de violences sexuelles, la lutte contre les châtiments corporels, l'enregistrement des naissances et le phénomène des naissances à la maison, la lutte contre le travail des enfants et la stratégie adoptée par le pays face au VIH/sida ont aussi été les points examinés. 

Le Vice-Premier Ministre de l’Eswatini, Themba Masuku, a assuré le Comité que son pays accordait la priorité à l'éducation, à la protection sociale et à la santé en tant que fondements du développement humain. Le chef de la délégation a attiré l’attention du Comité sur les progrès réalisés par l’Eswatini en particulier dans les domaines de l’éducation, de la mortalité maternelle, de la nutrition. 

Themba Masuku qui a indiqué en outre que les fonds qui sont directement attribués aux programmes en faveur des enfants représentent 3% du budget du pays. Des progrès importants ont aussi été réalisés dans l'élimination de la transmission du VIH/sida de la mère à l'enfant.   Savoir que les changements mondiaux actuels, les crises climatique et économique, ainsi que la crise sanitaire ont eu un impact sensible sur la situation des enfants d’Eswatini et sur la mise en œuvre des programmes en leur faveur.