Une dizaine de journalistes de radios et télévisions publiques et privés africaines ont pris part dernièrement au séminaire organisé par l’Unesco et l’Union Africaine de Radiodiffusion (AUB) en ligne et sur site à Dakar au Sénégal, dans le cadre du projet CoronavirusFacts financé par l’Union européenne.

Le séminaire panafricain sur la « Gestion de la pandémie de COVID-19 dans les médias africains » a vu la participation des professionnel(le)s de radios et de télévisions publiques et privées africaines provenant d’une dizaine de pays : du Cameroun, du Congo, de la Côte d’Ivoire, de la Gambie, du Kenya, du Rwanda et du Sénégal entre autres. Tenu en ligne et sur site à Dakar, l’atelier présidé par le directeur général de l’AUB,  Grégoire Ndjaka, s’est ouvert par un hommage aux journalistes décédés des suites de Covid-19 depuis l’apparition de la maladie. 

Au début du séminaire, l’accent a été mis sur la nécessité d’autonomiser et de renforcer les capacités des professionnels des médias africains en ces « moments critiques » pour une meilleure gestion médiatique de la pandémie. Le représentant de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS),  Christian Itama Mayikuli a souligné le rôle joué par son organisation dans la coordination de la réponse globale à la crise sanitaire actuelle, présentant aux hommes et femmes de médias un plan de suivi et d’assistance sur le continent africain, en plus des données précises sur la vaccination et tous les autres sujets autour de ce sujet.

L’objectif étant d’encourager les professionnels de l’information à « redoubler d’efforts pour lutter contre la désinformation, la mésinformation et les fausses nouvelles » qualifiés de « fléaux sociaux » rendant difficile la lutte pour l’éradication de la maladie. Pendant deux jours, les participant(e)s ont été principalement entretenus par Emmanuel Wongibe, directeur général adjoint de la Cameroon Radio Television (CRTV) et Dr. Mactar Silla, président-directeur général du média panafricain Label TV Group. Partageant leurs expériences, ces experts en médias ont relevé les failles observées jusqu’ici dans le cadre de la communication autour de la pandémie en Afrique. 

Pour le Dr. Mactar Silla, « les messages contradictoires peuvent déstabiliser les populations ». D’où l’importance « de savoir délivrer le bon message dans de telles circonstances », a-t-il souligné, ajoutant que cela n’est possible que si les professionnels des médias travaillent en étroite collaboration avec les professionnels de la santé et les autorités publiques en temps utile et selon le besoin informationnel. L’expert a par la suite plaidé pour un temps d’antenne plus important pour les programmes scientifiques dans les rédactions africaines.

M. Wongibe a évoqué quant-à-lui plusieurs aspects de la thématique, entre autres la différence entre une information scientifique factuelle et fausse, et les défis du reportage sur la pandémie. Au cours de la session de brainstorming, les participants - invités auparavant à partager leurs expériences de la couverture médiatique de la pandémie dans leurs différents pays - ont été testés sur leur maîtrise des questions liées à la Covid-19. Ce qui a permis aux deux experts de répondre aux lacunes observées à travers les différents exercices pratiques.