Le Président directeur général du Groupe Fortuna Silver Mines, Jorge Alberto Ganoza, a rencontré le Premier ministre burkinabé, Christophe Joseph Marie Dabiré, ce lundi 30 août 2021. Il a été question d’échanger autour de la fusion-acquisition entre le groupe canadien évoluant dans l’exploitation minière et la compagnie Roxgold qui exploite la mine d’or à Yaramoko, dans la commune de Bagassi. 

Selon les les explications, la fusion des opérations de ces deux entités devrait être plus profitable au Burkina Faso. En 2016, la mine d’or de Yaramoko, dans la commune de Bagassi, entrait en service par la société minière canadienne Roxgold. Désormais, cette société fusionne avec le Groupe Fortuna Silver Mines, une autre société minière canadienne active en Afrique depuis les années 1990. 

C’est pour évoquer leur nouvelle vision que Jorge Alberto Ganoza a eu un entretien avec le Chef du Gouvernement burkinabè, a-t-on indiqué. A sa sortie d’audience, Ganoza a affirmé qu’ils sont venus se présenter au Premier ministre, lui expliquer leurs opérations et s’engager à continuer à investir au Burkina Faso. Le groupe, a-t-il poursuivi, est satisfait de sa présence au Burkina Faso, un pays « attractif en matière d’exploitation minière ».
 
Les deux partenaires affirment ne pas vouloir s’arrêter là. Ils vont continuer à faire de l’exploration, d’investir, en vue d’accroître la production, « toute chose qui serait aussi profitable au Burkina Faso », a-t-on laissé entendre. En effet, le groupe continue son exploration dans d’autres parties du pays.

Roxgold a été fondée en 1983. Au Burkina Faso, elle exploite deux mines d’or souterraines à Yaramoko, dans la partie Ouest et selon les estimations de 2020, elle aurait produit entre 120 000 et 130 000 onces d’or. Sa fusion avec le Groupe Fortuna Silver Mines devrait lui permettre d’accroître ses capacités de production.