Programme mondial créé par ONU Femmes, UN Capital Development Fund (UNCDF), le gouvernement français et la Cour du Prince héritier d'Abou Dhabi, Unitlife s'appuie sur des financements et des partenariats innovants pour protéger la prochaine génération de la malnutrition chronique. Ce fléau affecte actuellement 149 millions d'enfants dans le monde, limitant leur croissance et leur potentiel futur. L’Afrique est particulièrement menacée.

La pandémie de la COVID-19 devrait provoquer une augmentation généralisée de la malnutrition en raison des perturbations des systèmes alimentaires, de santé et de protection sociale. Unitlife, le fonds spécial des Nations Unies dédié à la prévention de la malnutrition chronique, a été officiellement lancé cette semaine en marge du Forum Génération Égalité. L'annonce a été faite lors d'un événement virtuel co-organisé par le ministre Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, France et la ministre Reem bint Ebrahim Al Hashimy, secrétaire d'État à la Coopération internationale, Émirats Arabes Unis.

Bien qu'elle touche 149 millions d'enfants dans le monde, la malnutrition chronique manque à la fois de visibilité et d'investissements adéquats. C’est en s’appuyant sur des financements et des partenariats innovants qu’Unitlife cherche à combler ces déficits et à financer des systèmes alimentaires nutritifs et une agriculture intelligente face au climat, tout en autonomisant les femmes et en les sensibilisant davantage à l'importance vitale d'une bonne nutrition pour leurs enfants.

Unitlife a été créé par ONU Femmes, UN Capital Development Fund (UNCDF), le gouvernement français et la Cour du prince héritier d'Abou Dhabi, qui a fourni un financement de 2,5 millions de dollars US au travers l’initiative Reaching the Last Mile (RLM), un portefeuille de programmes œuvrant pour l'élimination des maladies. RLM est guidée par l'engagement personnel de Son Altesse le Cheikh Mohamed ben Zayed, prince héritier d'Abou Dhabi.




Unitlife se présente comme une initiative mondiale qui vise à résoudre le défi des inégalités dès la naissance. Il développe une communauté d'entreprises et de particuliers soucieux de lutter contre la malnutrition pendant les 1 000 premiers jours de la vie. L’objectif affiché par ses promoteurs est de protéger l'avenir des mères et des enfants. Unitlife finance des systèmes alimentaires nutritifs et investit dans l'autonomisation des femmes et l'agriculture intelligente face au climat.

Dans son allocution d'ouverture, le ministre Jean-Yves Le Drian a déclaré : « L'insécurité alimentaire et la malnutrition restent l'un des plus grands défis de notre siècle. Si des progrès historiques ont été réalisés, nous savons malheureusement qu’ils restent insuffisants. »

Paroles des promoteurs

« Comme vous le savez, la France agit avec détermination pour réduire ce fléau en concentrant une part importante de ses efforts sur les femmes enceintes, et allaitantes, et les nourrissons pendant la période cruciale des 1 000 jours entourant la naissance d'un enfant », a poursuivi le ministre Le Drian. Et de conclure : « Nous sommes donc très fiers d'être membre permanent de Unilife avec, entre autres, ONU Femmes, qui a contribué à la création de cette initiative avec le soutien du Fonds d'équipement des Nations Unies. Je tiens également à saluer le soutien sans faille des Emirats Arabes Unis, un soutien tout à fait déterminant dans le développement de cette initiative. »




Dans son discours, la ministre Reem bint Ebrahim Al Hashimy a déclaré : « Je suis honorée d'annoncer notre soutien à Unitlife et aux efforts visant à protéger des millions d'enfants vulnérables à la malnutrition chronique dans le monde. Suivant l'attention portée par les Émirats Arabes Unis depuis une décennie à la santé mondiale, Son Altesse Cheikh Mohamed ben Zayed s'est engagé à créer un avenir plus sain, en particulier au sein des communautés les plus vulnérables du monde. »

Al Hashimy a poursuivi : « Les efforts de Unitlife pour lutter contre la malnutrition chronique reposent sur l'innovation et la durabilité, deux domaines que partagent les Émirats Arabes Unis. Notre approche holistique du développement mondial reflète la compréhension que nous en avons, à savoir qu’élever l'humanité ne peut être possible que si nous travaillons d'abord à améliorer les systèmes de santé et alimentaires ainsi que leur qualité. »

La pandémie de la COVID-19 a rendu encore plus urgente la nécessité de lutter contre la malnutrition chronique. En raison des perturbations des systèmes alimentaires, de santé et de protection sociale, 2,6 millions d'enfants supplémentaires pourraient être atteints de malnutrition chronique d'ici 2022.

« En raison de la pandémie de la COVID-19, beaucoup de parents ne sont plus en mesure de nourrir leurs enfants correctement. Or, la nutrition constitue le socle qui permet de donner aux enfants le meilleur départ dans la vie, et d’échapper ainsi au cycle de la pauvreté ou des conflits. C’est pour cela que la nutrition impacte directement la réalisation d’au moins 12 des 17 objectifs de développement durable », a expliqué Mme Verburg, Coordinatrice du mouvement Scalling Up Nutrition et Secrétaire générale adjointe des Nations Unies.

Partenariat avec Ecobank

Depuis le démarrage de ses activités en février 2021, Unitlife a conclu plusieurs partenariats innovants. Plus particulièrement, l'organisation s'est associée au Groupe Ecobank, l'institution bancaire panafricaine. Au cours de son intervention, M. Ayeyemi, Directeur général du Groupe Ecobank a expliqué pourquoi les acteurs du secteur privé devraient s’engager auprès de Unitlife : « Le secteur privé ne peut rester à l'écart, au contraire, nous devons être au cœur du développement de nos sociétés en Afrique. A travers nos technologies et plateformes, nous pouvons donner à nos clients l’occasion de contribuer à la lutte contre la malnutrition chronique. Nous ne pourrons y parvenir que si nous agissons collectivement. »




A savoir qu’Ecobank Transnational Incorporated (ETI) est la maison mère du Groupe Ecobank, le principal groupe bancaire indépendant panafricain. Le Groupe emploie plus de 14 000 personnes et compte environ 29 millions de clients de la Banque des Particuliers, Commerciale et de Grande entreprise dans 33 pays africains. Le Groupe dispose d’un agrément bancaire en France et possède des bureaux de représentation à Addis Abeba en Éthiopie, à Johannesburg en Afrique du Sud, à Pékin en Chine, à Londres au Royaume-Uni et à Dubaï aux Émirats arabes unis. 

Clôturant l'événement, Philippe Douste-Blazy, Président de Unilife et ancien ministre des Affaires étrangères de la France a rappelé l'urgence d'agir immédiatement : « Nous sommes à la veille du Forum Génération Égalité, à trois mois du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires, et à six mois du sommet Nutrition pour le développement. Il n’y aura pas de meilleur moment pour unir nos efforts. »

L'événement virtuel a présenté un panel de haut niveau auquel ont participé Gerda Verburg (Coordinatrice du mouvement Scalling Up Nutrition et Secrétaire générale adjointe des Nations Unies), Phumzile Mlambo-Ngcuka (Directrice exécutive, ONU Femmes et Sous-Secrétaire générale des Nations Unies), Tala Ismail Al Ramahi (Directrice associée, Bureau des affaires stratégiques, Cour du Prince héritier d'Abou Dhabi), Ade Ayeyemi (Directeur général, Groupe Ecobank) et Preeti Sinha (Secrétaire exécutive, UNCDF).