Décédé le 10 mars en Allemagne, le Premier Ministre ivoirien Hamed Bakayoko, « Hambak » pour les proches et aussi les milliers de jeunes qui ne juraient que par leur champion, fut un grand serviteur de l’Etat. Selon l’un des très nombreux hommages qui lui ont été rendus ces dernières 48 heures, il était « un homme d’une grande empathie avec un sens élevé du devoir. Homme loyal et fidèle, il était une figure atypique, un esprit transcendant dont la force de l’engagement au service de la Cote d’Ivoire, était un engagement constant ».

Nommé le 30 juillet 2020 en qualité de Premier Ministre, Chef de Gouvernement, Ministre de la Défense, Hamed Bakayoko aura été, selon le communiqué officiel de l’Etat ivoirien, à la tâche sur différents fronts, notamment sur celui du dialogue politique et de la cohésion sociale.

Ses toutes premières sorties ont été les visites aux leaders religieux, dont le Cardinal Jean-Pierre Kutwa et le Président du Conseil Supérieur des Imams, des Mosquées et des Affaires Islamiques en Côte d’Ivoire (COSIM), Cheick Aïma Mamadou Traoré. Il s’agissait pour Hamed Bakayoko de requérir leurs prières et soutiens dans la promotion de la paix, du dialogue et de la réconciliation au sein des différentes communautés sociales et politiques ivoiriennes.

Le messager de la paix


Hamed Bakayoko rencontrera par la suite les responsables des partis politiques et de la société civile, envoyant ainsi un signal fort à ces acteurs, et plus généralement à tous les Ivoiriens quant à l’engagement du gouvernement à toujours maintenir ouverts les canaux du dialogue pour la promotion de la cohésion sociale, préalable à tout développement.




A la veille de l’élection présidentielle d’octobre 2020, il ira à la rencontre des populations de Bonoua, Daoukro, Divo et Gagnoa, des zones qui avaient connu des mouvements de violences et des conflits inter-ethniques pour porter les messages de paix et de réconciliation, et surtout exhorter les jeunes à tourner le dos à la violence.

Le Premier Ministre Hamed Bakayoko faisait également de la jeunesse l’une de ses priorités. La formation et l’insertion socio-professionnelle des jeunes étaient pour lui une préoccupation. Son message à la jeunesse était qu’elle prenne une part active dans le développement du pays, en se préoccupant d’acquérir une bonne formation afin d’être bien outillée pour se construire un avenir.
Grand ami des artistes

Il aura également accordé une place de choix au secteur privé, moteur de la croissance économique, en lui apportant tout son soutien. A cet effet, il a multiplié les réunions avec la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI) et les PME, à l’effet de les rassurer sur les dispositions à prendre afin de renforcer le partenariat Etat/ secteur privé. On notera également que sous sa conduite, le gouvernement a réalisé une grande mobilisation de ressources pour accompagner le financement du développement du pays.

Apprécié de l’ensemble de la classe politique ivoirienne, Hamed Bakayoko était maire de la commune d’Abobo depuis 2018. Celui qui avait gravi tous les échelons venait aussi d’être réélu député de Séguéla. Il était marié et père de quatre enfants.

Mais Hambak était également le grand ami des artistes.


Pour Lino Versace, producteur, auteur compositeur ivoirien, Hamed Bakayoko c’était « un homme de la culture, quelqu'un qui avait la fibre artistique et culturelle en lui. Cette fibre se manifestait dès lors qu'il entendait une note de musique, dès lors qu'il rencontrait un artiste, il manifestait un sentiment de joie et de bonne humeur, lorsqu'un artiste était en face de lui »

De nombreux acteurs du monde de la culture ont tenu à témoigner que le parrain de DJ Arafat était l'un des rares hommes politiques à avoir des liens très forts avec les artistes, et d'une manière générale les jeunes. « Au-delà de son statut d'homme d'Etat, humainement, c'est quelqu'un qui a toujours été disponible pour les plus démunis, les artistes, pour toute le monde. C'est une grosse perte pour la Côte d'Ivoire, pour l'Afrique », ont-ils soutenu.

« On dit que tu t’es éteint toi, notre Etoile d’Etat.... Absurde, une Etoile ne s’éteint jamais!!! Elle scintille à l’infini... », a pour sa part déclamé le grand Alpha Blondy. Hambak était marié et père de quatre enfants.