L'Intelligence Artificielle (IA) modifie déjà le fonctionnement des systèmes de santé en Afrique. Cette technologie renforce l'accès et améliore les résultats tout en réduisant les coûts, par l’identification des problèmes de santé potentiels avant qu'ils ne surviennent réellement.

Dans les zones rurales du Rwanda, un médecin peut avoir accès à jusqu'à 60 000 personnes. Le gouvernement travaille avec un partenaire du secteur privé, Babylon Health, pour donner à chaque personne âgée de plus de 12 ans, un accès à des consultations de santé numériques. Plus de 30 pour cent de la population adulte du Rwanda s’est inscrite à ce programme. Le nouveau partenariat verra également l'introduction d'une plate-forme de triage et de vérification des symptômes, alimentée par l'IA.

« Ici, au Kenya, nous avons été parmi les leaders mondiaux dans l'adoption des services bancaires mobiles, qui ont ensuite été repris dans toute l'Afrique. Il n'y a aucune raison pour que cela ne se reproduise pas également avec les technologies de la santé », a déclaré Racey Muchilwa, responsable de Novartis Afrique Sub-Saharienne. « Comme le montrent les exemples du rapport, l'Afrique pourrait faire plus pour renforcer l'accès à l'expertise médicale en déployant des outils de soutien basés sur l'IA, parallèlement aux programmes de santé. »

L'UNICEF a développé pour sa part un programme d'IA pour réduire le fardeau social et économique des flambées grâce à des mesures ciblées de santé de la population. Son programme Magic Box prédit à la fois le moment où les épidémies sont probables et permet aux systèmes de santé de réorganiser leurs ressources, d'alerter les agents de santé et de lancer des campagnes de santé publique, afin qu'ils puissent mieux et plus rapidement répondre aux urgences.

« Les gouvernements devraient identifier et tester des moyens innovants de financer l'IA dans les solutions de santé », indique un rapport réalisé par la Fondation Novartis. Cette dernière qui estime que pour assurer l'accessibilité financière à long terme pour tous, le remboursement national des services de santé numériques et basés sur l'IA est essentiel. Une gouvernance des données, sécurisée et respectueuse de la vie privée, devant faire partie de la garantie d'une infrastructure durable.