La Commission de la CEDEAO a réuni dernièrement les chefs des agences de sécurité routière, des représentants des ministères du Transport et d’autres fonctionnaires gouvernementaux en charge de la politique de sécurité routière dans les États membres, en vue d’examiner et d’analyser les propositions relatives à une politique régionale de sécurité routière de la sous-région.

L’atelier, qui s’est tenu à Lagos, au Nigeria, a connu la participation de représentants de la Fédération ouest-africaine des organisations d’ingénieurs et de la Banque africaine de développement qui l’ont suivi par visio-conférence. La réglementation régionale, le plan d’action et le cadre de suivi et évaluation de la sécurité routière ont été les principaux sujets traités.

Dans sa publication sur la sécurité routière, l’Organisation mondiale de la santé a signalé plus de 6000 décès en moyenne sur les routes des États membres de la CEDEAO. Ces décès ne cessent d’augmenter et dépassent largement le nombre de décès liés à la pandémie de Covid-19 dans la région. Comme dans le cas de la pandémie, la Commission de la CEDEAO travaille avec les États membres à la mise en place des protocoles et des mesures de prévention à travers un cadre régional commun avec des stratégies de bonnes pratiques alignées sur la D-cennie d’action des Nations Unies pour la sécurité routière 2021-2030.

Selon les responsables, cette démarche permettra de mener des actions concertées et harmonisées afin d’enrayer cette menace. En effet, ne rien faire s’avère plus coûteux. Dans son discours, le Commissaire aux Infrastructures de la Commission de la CEDEAO, Pathe Gueye, a dressé un sombre tableau des décès liés à la circulation routière dans la région. Il a déclaré que la situation est alarmante car le taux moyen de mortalité lié à la circulation routière dans l’espace CEDEAO est d’environ cinq fois plus élevé que le taux moyen de mortalité au sein de l’UE.

C’est dans ce contexte que la Commission de la CEDEAO, dans le cadre du projet de Gouvernance des transports du 11ème FED financé par l’UE, a initié une étude visant à préparer un Cadre politique régional de sécurité routière, un plan d’action et un mécanisme de suivi et évaluation permettant de guider l’amélioration coordonnée et harmonisée de la sécurité sur nos routes. L’étude est menée par des experts recrutés dans le cadre d’un projet d’assistance technique qui a recruté le cabinet Planet Consulting.