Le réseau « Femmes pour l’éthique et la conformité en Afrique » (WECA en anglais) est une nouvelle initiative menant la lutte contre la corruption et la non-conformité dans les entreprises et les activités commerciales. Il a fait ses débuts le 22 octobre à l’occasion d’un webinaire coorganisé par la Banque africaine de développement.

Ses organisateurs, des dirigeants de la Banque, de la Coalition pour les opérations éthiques (COE) et du Pacte mondial des Nations Unies, ont annoncé la création de la seule organisation de soutien aux femmes cadres et dirigeantes qui s’efforcent de lutter en Afrique contre les pratiques d’entreprise contraires à l’éthique.

« La création de ce réseau est une réaffirmation de l’engagement de la Banque à travailler pour que le développement durable repose sur la réduction des inégalités entre les sexes, en mettant l’accent sur des axes essentiels comme l’éthique et la conformité. Nous invitons les femmes de l'ensemble du secteur privé et du secteur public du continent à se joindre à nous et à participer à la réalisation des objectifs de ce réseau », a déclaré Vanessa Moungar, la directrice de la Banque chargée du Genre, des femmes et de la société civile.

Sanda Ojiambo, directrice générale du Pacte mondial des Nations Unies, a déclaré à l’auditoire virtuel composé de spécialistes confirmés dans les domaines de l’éthique et de la conformité que son organisation soutenait la mission de WECA.

« Le Pacte mondial des Nations Unies est tout à fait en phase avec les objectifs du réseau Femmes pour l’éthique et la conformité en Afrique afin de faire progresser de façon coordonnée les pratiques d'entreprises conformes à l'éthique, les mesures anti-corruption à travers le continent et pour permettre à une nouvelle génération de femmes dirigeantes opérant sur le terrain de disposer de nouveaux moyens », a déclaré Sanda Ojiambo.

Les participants au webinaire ont discuté des multiples obstacles auxquels sont confrontées les femmes occupant des postes de direction dans le monde des affaires en Afrique, dominé par les hommes. Les membres fondateurs du réseau WECA ont déclaré qu’ils prévoyaient de remédier au manque de moyens et de soutien auquel doivent faire face les dirigeants en matière d'éthique.

Le réseau vise également à réduire le déficit en ressources humaines sur le continent dans le domaine de l'éthique et de la conformité, cela en conseillant et en encadrant les jeunes professionnelles pour leur permettre de progresser dans leur carrière. Certains supporters du réseau WECA ont déclaré qu’un tel processus devait débuter à un très jeune âge.